Garde le flux RSS dans ta poche ! Suis-moi sur Twitter ! Rejoins ma page Facebook !
Recherche en cours !



Auteur

Mathias Lamamy
Partage moi ça !
Madonna @ Stade de France, Saint Denis – 14.07.2012

Madonna. On l’appelle la Reine de la Pop. « There’s only one queen… and it’s Madonna » dit Nicki Minaj. Alors on est allé vérifier !

Petit rappel-pub : avant d’aller voir un concert dans un stade, va voir notre manuel de survie « 10 conseils de survie avant d’aller voir un concert dans un stade » !

19h. 14 Juillet 2012. Les RER B et D déversent leur flot de groupies. Les stands sentent bon la saucisse-bière. Les files aux abords du stade font plusieurs dizaines de mètres chacune (il doit y en avoir une quinzaine).

Mais surtout, les nuages laissent enfin place à un soleil qui cogne vite ! On va pas s’en plaindre, c’est la première fois en 15 jours que je vois un rayon de soleil à Paris et ça tombe très bien ce soir !

La foule rentre assez rapidement. Fouille au corps, bouchons de bouteilles jetés (dans les « 10 conseils », on te donne l’astuce pour conserver le bouchon de ta bouteille !).

(Pas de super photos ce soir, on est là en touriste, dans le public.) (par contre j’en connais un qui a fait des belles choses ce soir ici)

stade de france madonna gradins
Les gradin remplis du stade

Première partie : Martin Solveig

La dernière fois que j’ai vu Martin Solveig, c’était à l’Olympia. Un show incroyable, une énergie gigantesque, une ambiance de taré, une équipe géniale sur scène. Tous ses titres joués en live, c’était génial.

Et je suis resté là-dessus.

Imagine donc ma déception quand, du fin fond du stade, je vois arriver ce petit point gigotant derrière ses platines. Fond noir, pas de choriste, pas de chanteur, pas d’instruments… Comble du WTF : il remixe du Guetta, du Rihanna, du Gotye.

Alors OK, le résultat est très intéressant. Mais je suis resté sur ma faim.

La prestation, bien que plutôt bonne en tant que DJ, et bonne également en tant que première partie (ce qui se fait de plus en plus rare sur des show de cette ampleur), était pour moi très très en dessous du potentiel du mec.

Heureusement on a eu le droit à « Hello« . Et double heureusement, un special guest est venu clore la session, et pas n’importe qui : Will.i.am pour un « I got a feeling » repris par les 60 000 personnes présentes ce soir.

stade de france madonna pas complet
Il restait des places !

Eh oui, 60 000 au lieu des 75 000 places… grosse déception j’imagine de la part de Madonna et son staff qui vont se lancer dans un show à guichet ouvert.

Maintenant, il faut avouer qu’aujourd’hui, il est de plus en plus difficile de lâcher 200 euros pour aller voir un concert en couple. Mais c’est un autre débat.

Madonna

Une heure plus tard, 22h15. Les lumières du stade s’éteignent par blocs. Le stade est sombre quand les cloches résonnent. L’équipe des basques de Kalakan entament les chants religieux.

Un encensoir géant pend de la scène et parsème sa fumée avant que Madonna apparaissent dans un décor de cathédrale.

Pas de gros éléments de décor : 2 écrans de part et d’autre de la scène, et un écran géant en fond de scène serviront l’ambiance tout au long de la soirée.

La première partie est incroyable et puissante. « Girl gone wild » met tout de suite le feu au stade. Suivi par « Revolver« , et surtout « Gang Bang« .

La mise en scène de « Gang Bang » est particulièrement soignée et visuellement délicieuse. Petit décor de chambre d’hôtel dans laquelle Madonne se  bat contre des combattants ninjas de tous les côtés. Coups de feu, flashs, on n’est plus au show mais dans un petit film d’action.

Une petite pause musicale et elle revient en cheerleader, ambiance baton de majorettes et paillettes pour « Express Yourself« , entourés de dessins des années 50-60 parodiés (les couples homme-femme se transforment en femme-femme, etc.), dans laquelle elle glisse des refrains de « Born This Way », de Lady Gaga.

Cette première partie sera pour moi la meilleure.

madonna stade de france 2012

Je vais aller plus vite pour la suite : les moments les plus marquants commencent par la chanson avec Nicki Minaj, mais sans Nicki Minaj, qui n’est pas là (mais qui était au Zénith la semaine dernière, dommage!) (on se console avec Shy’m ou Matt Pokora dans le public ?)

Vient ensuite évidemment le réarrangement complet de « Like a Virgin », tout en sensualité, longueur et soupirs chauds bouillants ! Mais je ne te dis que ça.

Le milieu du show est constitué de plusieurs morceaux plus lents, partie casi-systématique des show à l’américaine, et pour moi très souvent également la partie où je décroche du concert.

Enfin un final en chorale gospel incroyable, très visuel, très coloré, beaucoup de monde sur scène… mais bien trop court !

 

madonna stade de france 2012

le final gospel

Vers minuit le concert se termine. Plutôt tard pour un concert au Stade de France, sachant que les derniers RER partent une demi heure plus tard. Mais tout se passera bien.

C’est à ce moment que l’on repense à tout ça, à tout cette mise en scène, ces chorégraphies.

Au fait que la plupart des titres ont été réellement chanté. De sa vraie voix. (c’est devenu si rare qu’il est bon de le préciser)

Et qu’elle n’a pas arrêté pendant 2 heures de sauter, courir, danser dans tous les coins de la scène. 53 ans, et l’on se dit que l’on a assisté à un évènement.

 

mdna concert madonna panoramique stade de france

fin du concert – cliquez sur l’image pour la voir en plus grand

De mon point de vue, un bémol toutefois : celui d’avoir assisté à un spectacle, et non un concert.

Un énorme accent -très agréable bien sûr- placé sur le show. Les choses en grand. A l’américaine. Sûrement un des meilleurs show que j’ai pu voir de cette envergure. Que l’on soit près de la scène ou à l’autre bout du stade, il y a quelque chose à se mettre sous la dent.

Mais au détriment d’un rythme global, d’une ambiance de concert.

Si j’en ai pris plein les yeux, j’aurais aimé en prendre dans les oreilles et faire la fête toute la soirée, plutôt que de passer la moitié du temps à la regarder s’amuser, elle, là-bas, loin, sur sa scène.

Et puis bon… Au prix moyen de la place, un 14 Juillet, au Stade de France, hein, entre nous, on n’aurait pas craché sur 5 minutes de spectacle pyrotechnique !

Mais ce qui est intéressant, c’est également de faire face à d’autres points de vues (autres gradins, carré or, etc).

Tu y étais ? Dis nous où tu étais placé et partage ton point de vue du show en commentaires !

En espérant bien sûr la revoir très rapidement dans nos contrées, la Madonne !

 -

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 3.5/5 (2 votes cast)
Madonna @ Stade de France, Saint Denis - 14.07.2012, 3.5 out of 5 based on 2 ratings




  Tu as aimé ? Partage !

Lien court : http://pel.me/1b3 QRcode

   Ces articles peuvent aussi t'intéresser :





  • Davidlu - 24 juillet 2012 @ 23:54

    Enfin une critique normale ni débile genre fan en transe ni à la mode Le Figaro qui la descend chaque fois que c’est possible et parle d’échec de ratage etc. Merde quand même cerait un sacré show mais le vrai problème pour moi c’est ce lieu trop grand et c’est lui qui fait que c’est inhumain. Je pense qu’aucun artiste ne pourrait y faire : quand Madonna était revenu lors de la tournée précédente à Bercy j’avais été revoir presque le même show mais en vérité rien a voir ! J’avais été déçu au stade mais Bercy permettait une dimension plus humaine et chaleureuse même pour l’ambiance. Bref je me demande ce que va donner son olympia ce jeudi, car la difficile de faire du playback discrètement même si au stade elle a fait de vrais efforts pour chanter (certes par dessus une voix de guidage mais bon c’était aussi parfois juste elle o miracle). Je n’ai jamais trouvé que c’était une grande chanteuse mais les rythmes et les mélodies ont toujours été top. La j’avoue mes coups de cœurs pour girl gone wild et gang bang mais aussi célébration et like a prayer que je confirme bien trop court.
    À bientôt

Commentaires

(pas obligé)